cahiers

LGV : L'OUEST VAR SE REBIFFE

Non au LGV PACA

La publication par Réseau Ferré de France des projets de parcours du TGV méditerranée devant relier Marseille à Nice en passant par Toulon soulève dans toute la région, émotion, stupeur et colère. Les élus de l'est de Marseille, de l'ouest et de l'est de Toulon, rejettent unanimement les propositions du promoteur et sonnent le rassemblement de la population. Ce jeudi soir une réunion d'information était organisée par le maire de Sanary au théâtre Galli en présence de nombreux élus de tous bords.

"J'ai besoin de vous, mon mètre 98 ne suffira pas à arrêter Réseau Ferré de France" clamait Ferdinand Bernhard à l'adresse des 2000 personnes qui avaient pris d'assaut le théâtre, son foyer et ses alentours. Son sens de l'humour, il ne s'est pas privé de l'utiliser tout au long de la soirée, autant pour faire ressortir les incongruités des différents tracés de la LGV que dans ses propos à l'assistance et aux autres élus "Ils ont réussi l'exploit de nous faire monter à la même tribune" lançait-il à l'adresse de Jean Sébastien Vialatte. Mais il ne faut pas s'y tromper, l'humour de façade ne suffisait pas à dissimuler la gravité des propos ni la détermination à mettre tout en ½uvre pour dissuader le gouvernement de suivre les projets de Réseau Ferré de France.

Un théâtre Galli archi plein

Déjà le conseil municipal de Sanary, à l'image de ceux du Beausset ou d'Aubagne, s'est prononcé à l'unanimité, toutes tendances confondues, contre le projet. "C'est une véritable provocation, clame le maire de Sanary, contre l'environnement, contre le patrimoine, contre la démocratie et contre le bon équilibre des finances publiques".

L'emprise de la LGV déroule en effet son rouleau compresseur doublé de gigantesques bulldozers au travers des zones habitées, faisant fi du devenir des populations. Puis elle poursuit son parcours au travers de la forêt varoise, considérant comme négligeable sa fonction chlorophyllienne qui fait d'elle un formidable piège à carbone et un indispensable générateur d'oxygène. Avant de pratiquer une saignée irréparable sur le terroir des AOC Bandol, ignorant 2000 ans de savoir faire, d'histoire et de culture qui ont façonné l'art de vivre et l'économie des gens d'ici. Sans compter que les citoyens de ce pays peuvent se demander à quoi ça leur sert de désigner régulièrement des représentants si c'est pour les voir mis devant le fait accompli, au dernier moment. Et jusque là, on n'a toujours pas posé la question qui fâche : combien ça coûte et qui va payer ? 18 milliards d'euros (pour l'instant), dont la moitié à la charge des collectivités locales et régionales ! En ces temps de vache maigre, ça laisse rêveur...

Pour quel bénéfice ?
Aujourd'hui Marseille est desservie par le TGV, Toulon aussi, la nouvelle ligne ne fera rien gagner aux phocéens sur le trajet Paris-Marseille, elle fera gagner 5 minutes aux toulonnais ; tout ça pour ça !! Oui mais il y a Nice qui n'a toujours pas de TGV, la question est de savoir s'il n'y a pas un parcours plus direct (plus rapide et moins cher), pour joindre Paris à Nice. Les élus du littoral rejettent en bloc le parcours côtier d'autant que le projet commence à dater et que depuis la donne a changé. Et pour être complet, beaucoup de gens dans la salle trouvent qu'il serait plus urgent pour le chemin de fer d'assurer des horaires réguliers aux trains régionaux plutôt que de faire gagner quelques minutes sur un Paris-Toulon.

Mobilisation générale !
"On se moque de nous", martèle Ferdinand Bernhard. En poussant le bouchon un peut trop loin, Réseau Ferré de France semble avoir provoqué un phénomène de rejet, et donné à la contestation tous les arguments pour justifier de la mise sur pied urgente d'une stratégie efficace et tout se met en place rapidement pour croiser le fer sur le chemin du même nom, communication, mobilisation, concertation... vote à l'unanimité du conseil municipal, succès du rassemblement au théâtre Galli, manifestation au Beausset, opération escargot reliant différents points remarquables du terroir de Bandol, impression de tracts, de banderoles, les campagnes d'affichage, la pétition en ligne…la contestation a changé de nature, sera-t-elle suffisante pour obliger Réseau Ferré à revoir sa copie? les élus sauront-ils consolider la mobilisation? Les semaines à venir seront décisives.

Gérard Normand

M JS Vialate - Député maire de Six-FoursMme Zitto - Collectif du Pays d'Aubagne


english deutsch italiano russian russian

Informations générales