Les assises de l'économie de la mer

6ème édition

Les assises de l'économie de la mer à Toulon

"L�arbre bois par la racine et le soleil bois la marine...", depuis l'origine, la nature fonctionne comme une gigantesque pompe et l'Homme redécouvre chaque jour que la mer, le vent et le soleil sont à sa disposition pour fournir toute l'énergie nécessaire à la vie sur terre. Sans doute que les intuitions géniales et poétiques de Pierre de Ronsard, si elles nous permettent de nous émouvoir devant les merveilles de la nature, ne nous exonèrent pas de travailler à l'élaboration des technologies capables de maîtriser ces phénomènes.

Il fallait bien commencer par puiser dans les réserves fossiles pour alimenter nos mécaniques basiques qui allaient nous permettre de gravir un à un les échelons qui mènent de la roue au TGV puis de l'hélice à l'éolienne, mais si l'on veut pérenniser le progrès et le partager à toute l'humanité, il faudra, il faut impérativement et rapidement revenir aux fondamentaux en donnant la priorité aux énergies renouvelables.

Mais l'homme a bien travaillé ! Les progrès accomplis durant des siècles l'ont conduit à maîtriser les techniques qui lui permettent aujourd'hui de capter la force des vents, celle des courants et de transformer directement la lumière en électricité. Le voilà paré pour partir à la conquête des énergies propres et éternellement renouvelables qui nous permettront de continuer à vivre sur cette Terre sans être obligé de faire la guerre au voisin pour lui piquer le peut d'énergie fossile qu'il reste !

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, du logement, des transports et de la mer à Toulon

Le cluster maritime français


Passons sur ce mot aux consonances barbares qui donne une connotation musicale au groupement des industries maritimes réunies pour promouvoir un développement plus harmonieux et plus riche de ce secteur. Les sixièmes assises de l'économie de la mer réunissaient cette semaine à Toulon un peut plus d'un millier de personnes, industriels, chercheurs, décideurs, formateurs, étudiants...
Le poids économique de ce secteur pour l'hexagone est illustré par deux chiffres : 300 000 emplois et 51 milliards d'euros de valeur de production dont le cluster se veut à la fois le porte voix et le lieu d'échanges et de recherche de synergies et d'élaboration de visions stratégiques pour l'avenir.
Le panel d'acteurs présents au palais Neptune, parmi lesquels quelques fleurons de l'économie maritime mondiale et de représentants de la recherche de niveau international, est issu des différentes facettes de ce secteur : construction navale, flotte de commerce, ports, para pétrolier offshore, industrie nautique, pêche, marine nationale, instituts de recherche, organismes de formation, administration maritime...

L'avenir en marche !


Une fois n'est pas coutume, il semble y avoir consensus entre les orientations des professionnels et les projets ambitieux de la ministre.
Pendant deux jours de nombreuses tables rondes ont permis aux acteurs de détailler les fabrications en cours et les projets encore dans les cartons, qu'il s'agisse des ports du futur, de leur gouvernances, de leurs infrastructures, qu'il s'agisse du navire du futur, sa conception, sa propulsion, sa construction, les innovations. Mais aussi les transports, la croisière, la plaisance, la pêche ou l'aquaculture... et les grands sujets que sont les énergies maritimes renouvelables avec les différentes techniques : éolien flottant ou posé, hydrolien, houlomoteur... et le bon technologique dans ces domaines qui permet d'espérer une efficacité jusque là jamais atteinte.

Les assises ont également permis de faire le point sur l'exploitation durable du sous-sol marin pour profiter des gisements exceptionnels en quantité, qualité et diversité des minéraux et granulats ainsi que sur les moyens de les extraire. La sécurité maritime, la surveillance de ces espaces immenses, les coordinations européennes et internationales ont également fait l'objet des débats.
Dans tous ses aspects la mer apparaît comme le plus grand réservoir de richesses de l'humanité, énergétique, alimentaire, médical, minéral. Dans un avenir proche, elle constituera le plus grand gisement d'emplois de part le monde ouvrant ainsi des perspectives insoupçonnées.
La France qui est une des plus grande nations maritimes du monde en termes de surface administrée ne peut pas se désintéresser de cette question et devra orienter sa politique "pour retrouver le chemin des océans qui se confond avec celui de son histoire, de son identité, de son rayonnement et de son influence". A la question de savoir pourquoi les entreprises française n'avaient pas pris cette direction plus tôt le représentant d'EDF énergies nouvelles (voir site) a donné cet élément de réponse : "Pour développer ces technologies, il fallait un marché.", il semble bien que ce marché soit au rendez-vous de ce croisement de l'histoire.

L'odyssée collective du futur


Pour prendre part efficacement à cette aventure on a bien compris que les bonnes volontés et les initiatives individuelles ne suffiront pas, il faut un grand projet, un grand schéma porté par le pays tout entier et cela tombe bien puisque la ministre, malgré son aspect frêle semble avoir les épaules pour prendre en charge cet immense dossier.

Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l'écologie, du développement durable, du logement, des transports et de la mer, a brosser devant les congressistes, beaucoup plus qu'un programme. Elle a exprimé sa volonté de jeter les bases d'une grande politique de développement économique et des conditions de ce développement, de la protection de l'environnement et du littoral et d' une refonte complète de la gouvernance. Pour cela elle a l'ambition de transformer son ministère en un grand ministère stratégique, "qui protège et qui règlemente mais qui encourage les initiatives et qui construit jour après jour une politique maritime au service du pays". Ses références à Colbert, Bougainville et Cousteau laissent entendre qu'il s'agit là d'un embarquement au long cours et le parfum d'aventure qui flottait sur la salle n'est pas étranger à l'enthousiasme suscité par l'invitation de la ministre d'embarquer, avec elle comme figure de proue, pour une odyssée collective au goût d'avenir !

Gérard Normand


Retrouvez d'autres informations sur l'économie de la mer sur le site officiel.



english deutsch italiano russian russian

Informations générales