L'événementiel au Paul Ricard

Entretien avec Stéphane Clair

©Paul Ricard HTTT

Pouvez vous nous parler de votre parcours, qu'est ce qui vous à amené à la direction du Paul Ricard?
Je suis un local de l'étape, j'habite à quelques kilomètres du circuit. J'ai commencé ma vie professionnelle dans la communication, pas très loin d'ici, à l'aéroport Marseille Provence, suivi d'un passage par la télé au niveau national. Cette carrière m'a amené à basculer dans le camp des organisateurs d'événements et en particulier d'événementiel sportif. J'ai ainsi approché ce qui était ma passion, à savoir, les sports mécaniques, je suis devenu organisateur de rallyes raid, Rallye du Maroc, Rallye de Tunisie, et organisateur de salons liés à ce sport. Depuis une bonne quinzaine d'années je baigne dans l'univers de l'événement et de la communication lié aux sports mécaniques.

Stéphane Clair directeur du Paul Ricard HTTT

Vous étiez candidats à ce poste ou est ce une opportunité qui a créé l'occasion?
C'est une opportunité, j'étais client du circuit sur lequel j'ai organisé des événements et quand Gérard Neveu était sur le départ, il m'a dit sur le ton de la plaisanterie: « Je m'en vais, est ce que ma place t'intéresse? Je me suis dit «pourquoi pas tenter ma chance»; les installations me paraissaient prometteuses et je savais qu'il y avait pas mal de projets à venir, pas mal de choses à construire autour de ça, j'ai pensé que c'était un challenge intéressant, j'ai donc posé ma candidature et les administrateurs ont choisi entre des dizaines de postulants.

Comment ça se passe, on vous a demandé de développer vos idées sur un projet ou alors votre profil était il le mieux adapté aux projets en cour?
Les administrateurs avaient un projet et une stratégie et ils cherchaient quelqu'un qui rentre dans le cadre de cette stratégie qui est toute simple: après avoir été un centre d'essais et un circuit fermé, le Paul Ricard est aujourd'hui un véritable circuit automobile destiné à être ouvert au public. A partir de là le choix d'un directeur conduisait à trouver quelqu'un qui maitrisait bien l'organisation d'événementiels grands publics, de la gestion des flux, de la promotion, la communication et de la conception d'événements à large audience. C'est pourquoi, je pense, j'ai été choisi.

Quand vous dites événements à large audience, vous pensez au Grand Prix de France de F1 ?
On parle du Grand Prix de France comme on parle de nombreux événements, le retour de la moto sur le circuit nous intéresse beaucoup, les World Séries de Renault ont attiré plus de 60 000 spectateurs, c'est l'équivalent d'un Grand prix de F1, il ne faut pas croire que la F1 soit la seule à générer de l'audience même si en terme d'image c'est ce qui fera le plus parler de nous à travers le monde. On sait que la moto fait de très jolis scores sur les circuits en général et ici elle a battu tous les records; on est ouvert à tout et je ne pense pas seulement aux sports mécaniques. On prépare pour cet été des manifestations très grand public hors secteur auto-moto; l'idée est vraiment d'en faire un lieu où les gens ont envie de venir passer le dimanche en famille, un genre de parc d'attraction qui fonctionnera tous les weekends pour le grand public.

Autour du circuit il y a un aéroport, des hôtels, votre rôle s'arrête t-il au circuit ou avez vous également un ½il sur les autres installations?
Mon job c'est de gérer le circuit, j'en suis le patron mais je dois travailler en étroite collaboration avec les directeur des hôtels et de l'aéroport pour promouvoir la "destination Castellet", une de mes missions particulières c'est de mettre en avant cette destination, on doit travailler en harmonie pour mieux profiter de cet outil, on dispose de quelque chose d'unique , avoir un circuit de cette qualité, un aéroport attenant et des hôtels luxe et trois étoiles, il n'y a pas d'offre de cette nature concurrente en France ou en Europe, il faut développer ces synergies.

Quel est l'impact du Paul Ricard sur l'économie locale ?
En terme d'emploi pour l'ensemble des activités, circuit, aéroport, hôtels c'est environ 250 emplois permanents, si on ajoute les entreprises partenaires qui travaillent en permanence avec nous pour l'accueil, la sécurité, le médical ça monte à près de 350 et pour les weekends où il y a des manifestations ouvertes au grand public ça dépasse 500 personnes.
Nous portons aussi beaucoup d'attention à l'environnement et à la qualité de vie, le circuit Paul Ricard ce n'est pas seulement des pistes et des bâtiments nous avons des dizaines d'hectares de forêt, de nature, que nous entretenons avec soins, nous produisons de l'électricité solaire sur les toits des hangars, nous récupérons l'eau de pluie pour alimenter un lac ce qui nous permet d'arroser sans nuire à la nature, les pistes sont isolées du voisinage par des bosquets et des monticules de terre pour limiter le bruit, nous avons un projet de construction d'un golf qui sera un coupe-feu très efficace et qui intéresse beaucoup les services d'incendie et de secours. Mais au delà de notre soucis pour l'environnement nous attachons beaucoup d'importance au dialogue et aux relations permanentes avec les autorités et les collectivités locales, mairies, chambre de commerce, préfecture. Nous sommes conscient de l'importance économique du plateau du Castellet et de la zone de Signes, notre objectif est de faire en sorte que son développement se fasse en harmonie avec le tissus varois.

Propos recueillis par Gérard Normand

<< Stéphane Clair, nouveau directeur du Circuit Paul Ricard HTT


english deutsch italiano russian russian

Informations générales