Festival PhotoMed à Bandol

Les rendez-vous

" En 2011, Sanary accueillait pour la première fois le Festival Photomed.

Quatre ans plus tard ce festival a su s'imposer comme le lieu de rendez-vous incontournable consacré à la photographie méditerranéenne auquel se pressent photographes professionnels et amateurs, admirateurs du bassin méditerranéen et simples curieux.

Pour cette cinquième édition, nous célébrons un pays avec lequel la France entretient des relations fortes : l'Espagne. Vous pourrez découvrir ce pays à travers les photographies de la collection de Gabino Diego, acteur reconnu espagnol, un hommage à Toni Catany et d'autres photographes espagnols de marque. En avant-première, vous seront dévoilées des photos de la Méditerranée d'Edouard Boubat, fruit de plusieurs années de voyages autour du bassin et rassemblées spécialement par son fils Bernard pour Photomed.

De l'Espace Saint-Nazaire à la Maison Flotte, de Sanary à Toulon et avec une escapade sur l'Ile de Bendor, ce ne sont pas moins de 14 lieux différents et plus de 20 expositions qui vous attendent. "

Ferdinand BERNHARD

Maire de Sanary-Sur-Mer


Les rendez-vous sur l'île de Bendor :

Minot-Gormezano
L'IVRE DU MONDE

Salle Patmos / Ile de Bendor

Pierre Minot et Gilbert Gormezano oeuvrent et voyagent ensemble depuis trente cinq années et réalisent au fil du temps une oeuvre commune et singulière fondée sur :
- l'aventure du voyage et des parcours symboliques,
- la rêverie de la matière et de l'espace,
- l'épreuve corporelle et émotionnelle des liens fondamentaux tissés entre les espaces du monde et les lieux du corps, entre le paysage et l'intériorité,
- la radicalité de l'expérience photographique qui, par sa nature d'empreinte sensible, interroge les échanges entre la lumière qui éclaire le monde et la matière qui la réfléchit, entre réalité et imaginaire. Leur oeuvre a fait l'objet de nombreuses expositions à l'étranger et en France, notamment à la Bibliothèque nationale de France en 2003 « Le Chaos et la Lumière » et à la Maison Européenne de la Photographie à Paris en 2009 « L'Ombre, le Reflet ».

Les images de « Passeurs », présentées ici, réalisées sur les rives de la Méditerranée, font partie d'une troisième étape de leur cheminement, en cours de réalisation « L'Ivre du monde » :

"Après avoir exploré, entre Chaos et Lumière, le mouvement conjoint du coeur, de la matière et des espaces, puis déployé, entre Ombre et Reflet, le désir des Lieux et des Rêves, les artistes de l'image semblent accomplir leur ultime métamorphose : laissant allègrement s'épanouir la couleur, et les mots se déposer doucement sur les pierres, ils tracent par l'ascèse un nouveau chemin d'éternité, vers les rivages de l'Ouvert, de l'ivre du monde."

Nicolas GO (Philosophe)

Ouverture tous les jours de 10h à 13h30 et de 14h30 à 18h sauf le lundi.

-

Jorge-Ribalta

OEUVRES 1987-90 DANS LES COLLECTIONS DE LA MAISON EUROPEENNE DE LA PHOTOGRAPHIE, PARIS
Salle Mykonos / Ile de Bendor

Jorge Ribalta vit à Barcelone. Il est artiste, écrivain, éditeur et commissaire (indépendant) d'expositions. Il a étudié entre 1981 et 1986 à la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Barcelone, et a résidé comme artiste à New York (1989-90 et 1997-98), Nice (1990), Chicago (1996) et Giverny (2011). Il a été chargé de la programmation culturelle du MACBA (Musée d'art contemporain de Barcelone) entre 1999 et 2009.

Le travail de Ribalta, présenté ici date des années 80 et 90. Les pièces de cette exposition sont des images photographiques en noir et blanc tirées sur toile, tendues sur châssis et encadrées. Dans cette série, l'auteur cherche à remettre en cause une vision traditionnelle de la photographie et notamment de son aspect documentaire. Dans cette démarche de type plasticienne, il bâtit un processus de reconstruction photoréaliste à partir d'éléments miniatures - et non d'éléments de la réalité - qu'il photographie. L' absence de référentiel de dimension permet de donner une illusion du réel et d'exprimer l'intention créatrice de l'auteur. L'irreprésentabilité de la réalité se traduit dans ces photographies par un traitement particulièrement subtil du flou où se mime la persistance de l'aura.

Des figures anonymes, et même des foules, glissent ici leur épure fantomatique. La dimension poétique qui en émane crée une attirance du spectateur qui se sent comme aspiré par l'œuvre au point de vouloir toucher un réel improbable : c'est donc bien de l'aura telle que définie par Walter Benjamin qu'il s'agit... Il est particulièrement intéressant de replacer cette œuvre dans son époque: si depuis Man Ray la photographie est un terrain expérimental en tant que moyen d'expression et moyen technique, sa démarche est audacieuse, iconoclaste et avant-gardiste, reflétant le bouillonnement artistique qui prévaut à Barcelone.

Ouverte tous les jours de 10h à 13h30 et de 14h30 à 18h sauf le lundi.


english deutsch italiano russian russian

Informations générales