article

DERNIER NOEL ?

Le Conseil Général du Var

Dans quelques jours nous allons fêter Noël, partout ou presque de part le monde, mais que fêterons-nous au juste? Dans l'occident chrétien, c'est bien sûr la naissance de Jésus Christ. Quelle histoire! Cet enfant, né d'une mère qui a fait son bébé toute seule, qui a proposé un projet basé sur l'amour auquel on croit encore 2000 ans plus tard même si les applications restent assez éloignées du programme... déjà!!... Mais les autres, les japonais, les chinois, les indiens et ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Diable ni en Jupiter... Est-ce la conjonction de l'action des missionnaires et du commerce international, ou quelque chose de plus ancien et de plus profond qui fait de Noël une fête universelle? Personne ne le sait vraiment.

D'ailleurs, même nous, ne connaissons pas exactement la date de la naissance du Christ, ni le jour ni l'année, les Docteurs de l'Église ont fixé cette date au 25 décembre quelque 350 ans plus tard afin de christianiser les fêtes païennes qui avaient lieu dans le monde barbare pour célébrer le solstice d'hiver, la fin des longues nuits et le retour aux jours plus lumineux.

La nuit des temps
Le nom de Noël lui-même est d'origine incertaine, est-il né d'une contraction alambiquée du "natalis dies - jour de naissance "des romains ou tiré de la consonance approximative d'un terme d'origine celtique "néo-el - nouveau soleil, nouvelle lumière", ou tout simplement une pure construction philosophique une sorte de noème qui marque la naissance de la pensée?

Si le doute est permis, il conforte l'idée qu'en tout état de cause, l'idée est supérieure aux faits parce que cela fait quand même plus de 2000 ans que cela dure. Cela illustre aussi que toute construction humaine tient sa force de la croyance, de la confiance, de l'idée que l'on s'en fait! Ce qui explique sans doute que quelle que soit la place que l'on occupe dans la société on éprouve le besoin d'aller chercher aux sources d'évènements emblématiques la justification, la légitimation de ses actes ou de son état. Clovis, roi des francs, a été baptisé le jour de Noël. Près de quatre siècles plus tard, c'est le jour de Noël 800 que Charlemagne a été couronné empereur d'occident. A tous niveaux, il est de bon ton, à Noël, de s'intéresser aux autres. De s'immerger dans un milieu qui nous reconnaît.

Les Cavaliers de l'apocalypse
Longtemps le temps de Noël était celui de la trêve dont l'idée est toujours vivace, sauf peut être dans le domaine des prédictions où ceux qui font commerce de la peur et de l'inquiétude s'en donnent à coeur joie pour nous annoncer la fin du monde dont ils croient voir les signes annonciateurs dans les événements, les catastrophes, comme si il n'y avait pas toujours eu des tsunamis, des cyclones, des tremblements de terre, des irruptions volcaniques et des périodes de réchauffement ou de refroidissement de la planète... Ainsi nous annoncent-ils que nous vivons notre dernier Noël ! Sous prétexte que le calendrier Mayas s'arrête à la date du 21 décembre 2012... Une seule explication : la fin du monde! Mais qu'est ce qu'ils en savaient les Mayas? Tellement occupés à scruter les étoiles qu'ils n'ont pas vu venir les espagnols. La fin du monde on nous l'a annoncée des centaines de fois voir des milliers au cours des siècles, toujours au profit de groupes sectaires qui ont trouvé là le moyen d'exercer leur pouvoir et/ou de s'enrichir sur le dos d'une population crédule grâce à la peur et aux inquiétudes qui ont su faire naître. Mais cette fois c'est la bonne, la preuve, regardez ce qui se passe en économie, tous les experts sont déboussolés. Ça va mal partout...

Joseph et le Pharaon
L'économie, ça vaut peut-être le coup qu'on s'y arrête, parce que c'est ce qui nous permet de nous nourrir, de nous loger, de nous habiller... de vivre quoi! Ça conditionne l'emploi et le niveau de vie et c'est vrai qu'en ce moment ça patine ! Mais l'économie, comme le climat, comme le soleil, a toujours fonctionné par cycles. Rappelez-vous Joseph qui conseillait au Pharaon de construire des greniers à blé pendant les années de vaches grasses pour mieux faire face aux
années de vaches maigres. Si ce n'est pas de l'anticipation et qui vaut bien celles de Fibonacci. Au temps du CAC 40 on peut traduire cela par le cycle : expansion-inflation-récession-déflation-reprise... et on recommence!

La mesure de ces variations est effectuée par des indicateurs, presque partout on utilise le PIB (Produit Intérieur Brut) dont on prévoit qu'il sera en baisse, en France, pour le dernier trimestre 2011 et le premier 2012 , légère baisse mais on a décidé que deux trimestres successifs de baisse c'est la récession. Je voudrais juste faire remarquer que malgré cette récession, au 1er avril 2012 le PIB sera supérieur à celui du 1er avril 2011 parce que la baisse n'est pas jugée en valeur absolue mais par rapport à une courbe d'évolution qui, elle, reste croissante. D'ailleurs en me promenant dans les magasins au moment des achats de Noël je n'ai pas remarqué de signes d'effondrement. Alors pas d'affolements, il suffit peut-être, comme après les excès d'un bon repas de se mettre au régime, la potion est connue, certains l'appelle rigueur alors qu'il ne s'agit que de bonne gestion, encore faudrait il que les chefs qui sont aux fourneaux soient d'accord sur la recette!

Paix aux Hommes de bonne volonté
Il y a quelques jours, le Conseil Général du Var tenait son débat d'orientation budgétaire pour l'année 2012. C'est traditionnellement le lieu et l'occasion d'affrontements épiques, où chacun défend ses idées, sa façon de voir et d'organiser les choses, pensant ses priorités plus légitimes que celles des autres... Cette année, rien de tout cela, des échanges courtois, des demandes d'explications réfléchies, des réponses polies et motivées, des remarques pertinentes et même un hommage au travail des commissions venu des rangs de l'opposition! Cadeaux de Noël ? Trêve avant des affrontements plus cinglants? Simple attente des affectations définitives en sachant que comme souvent le diable se cache dans les détails? Pourtant les temps ne sont pas à la complaisance, encore moins aux distributions généreuses. Prudence, économies, gestion rigoureuse, réorganisation,imagination sont désormais la consigne pour préparer des jours meilleurs.

Si Noël peut apporter un autre éclairage sur les vicissitudes de ce monde ce serait celui de nous rappeler que de tous temps, chaque fois qu'il y a eu progrès, il y a d'abord eu une idée, un projet auquel on a cru assez fort et assez longtemps pour le réaliser... Joyeux Noël !!!

Gérard Normand



english deutsch italiano russian russian

Informations générales