Casinos de Sanary et La-Seyne-sur-Mer

Autorisations annulées

Lors d'une audience début janvier, le rapporteur public avait préconisé l'annulation de ces arrêtés pris en mars 2012, estimant que l'Etat n'avait pas analysé "l'impact cumulé" des deux ouvertures sur le casino de Bandol, opéré par le groupe Partouche, à l'origine du recours.

A La Seyne-sur-Mer, la mesure prendra effet "à compter du 1er novembre 2014", selon la même source.
Les travaux ont déjà démarré, représentant "un investissement total de 25 millions d'euros", avait précisé mi-janvier Laurent Lassiaz, président du directoire du groupe Joa (22 établissements). Dans l'attente, un casino provisoire a ouvert ses portes en juillet 2012.
L'établissement de Sanary devait pour sa part débuter son activité en 2015, sous la houlette du groupe Vikings (9 établissements).

"Trop de casinos tuent les casinos", estimait Force ouvrière (FO), syndicat majoritaire dans la profession, dans un communiqué publié en janvier. "Le potentiel de clientèle de nos entreprises n'est pas divisible à l'infini", arguait-il, soulignant que la Côte d'Azur est "le marché le plus saturé".
Selon FO, les municipalités, en droit d'imposer une redevance allant jusqu'à 15% des recettes du casino, peuvent "succomber à la tentation d'ouvrir un établissement de jeux sur leur territoire, indifféremment de l'environnement économique local".
Le syndicat appellait à "revenir sur ce modèle", prônant "une régulation à l'échelon régional ou départemental".

Yves Lebaratoux



english deutsch italiano russian russian

Informations générales