Bandol : un terroir, un climat, un cépage

un savoir faire... et un secret !

L'entrée du Domaine de Terrebrune

Le cépage
Il existe de par le monde une multitude de bons vins mais les vignerons disent que pour faire un grand vin, il faut la rencontre du cépage et de son terroir. Le Mourvèdre est roi de l'appellation Bandol, cépage peu productif à la maturité tardive, il est exigeant et difficile à élever. A Bandol il a trouvé dans la spécificité de la géologie et du climat les conditions écologiques idéales pour laisser s'épanouir les grands traits de son caractère.

Il n'existe pas d'autre endroit où le mourvèdre entre dans une telle proportion dans l'assemblage des vins, le décret dit 50% minimum pour les rouges, ici de nombreux vignerons poussent jusqu'à 80 voir 95% de mourvèdre pour mieux accentuer le caractère de ce divin breuvage, le reste étant composé de cinseaut et grenache et accessoirement de syrah, carignan pour le rouge et bourboulenc, carignan, syrah et ugni pour les rosés.

Le savoir faire
Un terroir aride, une pluviométrie minimale, un soleil de plomb, un mistral qui dessèche tout... et un cépage peu productif, les vignerons de Bandol ont su transformer ces multiples contraintes et s'obliger à une recherche constante de qualité et de rigueur afin de tirer de leur vigne sa " substantifique moelle".

Le respect scrupuleux des décrets d'appellation ne leur suffit pas, les jeunes vignes devront attendre plusieurs années pour avoir droit de cité dans l'appellation. La maitrise du rendement est un soucis constant qui commence par la densité de plantation qui doit être d'au moins 5000 pieds à l'hectare, une taille courte dite "à deux yeux francs" est exigée. En juin, une impitoyable vendange verte limite la charge du cep à cinq ou six grappes (une bouteille par pied, dit le vigneron), à Terrebrune on applique les méthodes biologiques pour respecter l'écologie de la vigne et préserver la terre, les vendanges se pratiquent à la main pour une cueillette soignée et sélective.

Le fameux cep de vigneLe fameux cep de vigne

La passion que les vignerons de Bandol portent à leur vin s'exprime tout particulièrement au moment de la vinification et en phase d'élevage. Si les progrès techniques réalisés ces dernières décennies permettent de maitriser parfaitement l'élaboration du vin, ils ne dispensent pas des gestes d'attention et de la patience indispensable pour qu'il atteigne sa plénitude. Cette phase est incontournables, en particulier pour les rouge qui consiste à amener le vin à son état d'équilibre par une stabilisation lente et naturelle. Son passage en foudre de chêne va durer dix huit mois au cours desquels le vin va se stabiliser, se clarifier naturellement, laissant du temps à la richesse de ses tanins de s'harmoniser pour lui donner un grand potentiel de garde. A Terrebrune le rouge est ensuite mis en bouteille pour un affinage complémentaire qui va durer un an minimum en galeries sombres, fraîches et humides.

Après m'avoir expliqué tout cela Reynald Delille m'a invité à une dégustation dans la cave, où j'ai pu apprécier le vin, son parfum, ses arômes profonds, sa structure charpentée, ses tanins généreux, harmonieux et leur persistance en bouche. Le vin commercialisé par le domaine en 2011 a été vendangé en 2007, il atteindra son apogée vers sa dixième année mais ne nous pressons pas, son potentiel de garde est de 30 ans.

Le secret
Le secret du Bandol c'est l'équilibre et l'harmonie que lui donne les richesse de son terroir, le caractère de son cépage roi mais aussi la passion et le savoir faire des vignerons... et la patience dont il faut faire preuve pour l'élever et pour le déguster.

Alors, avec Baudelaire, vignerons et amateurs de vin pourront écouter chanter l'âme du vin :
"Je coulerai en toi, végétale ambroisie
Graine jetée par l'éternel semeur
Pour que de notre amour naisse une poésie
Qui jaillira comme une étrange fleur"

Gérard Normand

 

Terre bruneTerre brune


english deutsch italiano russian russian

Informations générales