ARTS ET AVATARS

Regards sur les Arts Numériques en 2014

Du mardi 11 au samedi 15 février 2014, Le Théâtre Liberté à Toulon, propose une semaine consacrée aux arts numériques déclinant sous de multiples formats (spectacles, conférences, concerts augmentés, workshops, projections, installations...), une réflexion sur l'½uvre numérique, en investissant l'ensemble des espaces du Liberté, y compris le plus virtuel d'entre eux, son site internet.

L'art numérique semble être sans frontière, interactif, hybride, ubiquitaire, ludique, matière absente et néanmoins technologique. Champs des possibles de l'imaginaire de l'artiste, l'art numérique permet la création de nouveaux mondes, un espace artificiel nourri par la technologie. Il met à jour une esthétique inédite : "l'esthétique de l'artificiel". Lieu de rencontre entre ingénieurs, artistes et philosophes, les arts numériques sont à même d'interroger notre société actuelle, laissant transparaître le sentiment d'une humanité désincarnée. L'½uvre numérique interroge alors des notions telles que le virtuel, les réseaux, l'artifice, l'avatar...

Durant cette semaine consacré aux arts numériques, il s'agira d'explorer la notion "d'ubiquité" et par conséquent la condition de l'avatar, celui qui nous représente dans l'autre monde.

Le Théâtre Liberté fait le pari de proposer cette réflexion à son public, à ses publics, fidèles ou nouveaux, de 7 à 77 ans.

Lucile Haute, Benoît Verjat, Tomek Jarolim, Benoît Bottex, Arnaud Ziemichod, Norbert Hillaire, Frédérique Entrialgo, la Compagnie Système Castafiore, seront parmi les artistes et conférenciers invités lors de cette semaine.

* ALEA JARDIN - Hall du Théâtre - du mardi 11 au samedi 15 février
Venez vous confronter à Alea Jardin , l'installation numérique de Lucile Haute, Benoît Verjat et Lia Giraud, artistes rattachés à l'EnsadLab, Laboratoire de l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs à Paris. Cliquer ici pour en savoir plus Lucile Haute est une artiste plasticienne et performeuse, doctorante en Arts Plastiques à l'Université de Saint Etienne, étudie, met en scène ou provoque une porosité entre espaces simulés ou informationnels et espace tangible. Elle travaille également sur les questions liées au livre numérique, à la fiction augmentée et aux nouvelles formes d'écriture.
Benoît Verjat est graphiste, designer interactif et enseignant à l'École Nationale Supérieure d'Art de Nancy, conçoit des dispositifs prospectifs (combinaisons d'objets et de pratiques) de captation, d'édition et d'activation de documents. Il invente des procédés et des applications généralement mises en lignes sous forme de prototypes qui rendent praticables et détournables ses processus graphiques.
Lia Giraud est artiste plasticienne. Sa pratique de photographe-vidéaste documentaire l'a menée à questionner notre rapport à l'image et le rôle qu'elle occupe dans notre construction de la réalité. Elle déplace l'image de sa fonction de médium pour en faire son sujet d'étude et cherche à rendre visible les évolutions du rapport homme/image.
L'avatar agit et vaut pour nous à l'écran. Pas de côté : pour Aléa jardin, l'anthropomorphisme est produit par les silhouettes des visiteurs qui creusent l'image. Les déplacements physiques activent le temps à l'intérieur de l'image, lui donnent une dimension supplémentaire. L'avatar devient tête de lecture à travers un paysage synthétisé.

www.Alea Jardin

ALEA JARDINTomek JarolimJENKINS


* RANDOM - Tomek Jarolim - Salle Fanny Ardant - du mardi 11 au samedi 15 février
Tomek Jarolim est artiste plasticien et designer d'interaction. Ses installations interrogent tant le statut du regardeur que le regardable lui-même, à travers une recherche sur la lumière numérique et la couleur du pixel. Invité par le Théâtre Liberté pour la semaine Arts et Avatars, Tomek Jarolim présente en Salle Fanny Ardant une création immersive qui s'inscrit dans la continuité de ses travaux consacrés à la lumière et débuté en 2005. "Avec Random (2005,2014) , le spectateur est invité dans les 16 777 216 de couleurs possibles entre ces extrêmes valeurs. Transitoire et aléatoire, l'installation est en réalité une version augmentée, immersive, radicalisée et sonorisée d'une collection de projets existants." Tomek Jarolim
www.Random Tomek Jarolim

* MARDI LIBERTÉ : //JENKINS – EXPÉRIENCE LYRIQUE MODIFIÉE - Bar du Théâtre - le mardi 11 février à 12h15
Les artistes du Metaxu proposent de réinventer l'univers sonore et visuel de Florence Foster Jenkins.
Florence Foster Jenkins, cantatrice auto proclamée… ou performeuse ? Tout le monde connaît cette cantatrice du début du XXe siècle, persuadée de son talent exceptionnel, au point de se considérer la rivale des plus grandes sopranos de son époque. Contre l'avis de tous, et afin de se produire, elle élabore elle-même le dispositif de ses prestations publiques et en finance la réalisation.
Cliquer ici pour en savoir plus Forts de l'incongruité et du burlesque du personnage, les artistes du Metaxu proposent un dispositif de diffusion sonore et vidéo qui réinterprète l'univers de Jenkins : Un socle supporte un moule de son corps en costume, une sculpture taille réelle, lumineuse et transparente, devient le support d'une performance qui parle d'accordage : image/son, voix/musique, réel/avatar, numérique/analogique. Un artiste lyrique répond à cet avatar de Jenkins et noue un dialogue entre l'humain et la créature numérique.
Ce récital présenté pour la première fois au Théâtre Liberté, sera suivi d'un déjeuner au Bar du Théâtre en compagnie des artistes.

www.Jenkins-experience-lyrique


* NORBERT HILLAIRE - Salle Daniel Toscan du Plantier - le mardi 11 février à 19h30
Artiste et théoricien de l'art et des technologies, Norbert Hillaire est Professeur des Universités (classe exceptionnelle). Il enseigne dans le département des Sciences de l'Information et de la Communication de l'Université de Nice – Sophia Antipolis.
Il est, dans les années 80/90, l'un des initiateurs en France de la réflexion critique et prospective sur les problèmes posés par l'essor des technologies et des réseaux numériques dans l'art et la culture.
Cliquer ici pour en savoir plus Depuis plusieurs décennies sont apparues diverses formes d'art, que l'on a pu résumer sous l'appellation d'art numérique (celui-ci regroupant plusieurs sous-domaines comme les arts en réseaux, la réalité virtuelle, le bioart, etc.). On s'efforcera d'abord de retracer la genèse de cet art numérique, qui, par son caractère expérimental, se présente dans la continuité des avant-gardes, et de leur revendication d'un art critique, centré sur l'exploration des limites du médium et sur la participation du spectateur. Mais on s'interrogera ensuite sur les limites mêmes de la notion de médium artistique appliquée à l'ordinateur, et on se demandera : l'art numérique, et après ? En effet, l'extension illimitée des technologies numériques à l'ensemble des activités humaines contribue au développement de nouvelles industries de services et à la formation d'une nouvelle humanité: plus que comme un nouveau médium, ces technologies apparaissent dès lors comme les vecteurs d'une nouvelle culture, qui semble s'affranchir des anciennes frontières du public et du privé, de l'art et de la science, du physique et du psychique, du naturel et du technique, de l'individuel et du collectif. Plus que celle de l'art numérique, c'est alors la question des technologies numériques dans l'art qu'il convient de poser.
www.Norbert Hillaire

* DESIGN THE FUTUR NOW - ATELIERS NUMÉRIQUES - Hall du Théâtre - le mercredi 12 février de 11h à 17h30
Proposés par Design the Futur Now, les ateliers numériques de la semaine Arts et Avatars proposent aux enfants de se mettre en scène au futur.
Le corps augmenté. De tout temps, l'homme a inventé des outils et accessoires pour augmenter ses capacités, renforcer ses faiblesses et handicaps. Aujourd'hui, l'utilisation de machines innovantes, la robotique ou encore les prothèses et implants, inspirent scientifiques, ingénieurs, stylistes et artistes. Cliquer ici pour en savoir plus Et si nos corps augmentés étaient capable de défier les maladies? Acquérir des qualités physiologiques supplémentaires? Communiquer plus facilement ? A quoi nous ressemblerons, nous humain, demain? L'atelier Le corps augmenté propose au grand public de se mettre en scène au futur, en réalisant leurs accessoires aux usages innovants à partir de matériaux de recyclage et d'outils numériques tels que l'imprimante 3D, la fraiseuse numérique et des composants électroniques simples. Le portrait de chaque avatar du futur est ensuite réalisé à l'aide d'un scanner 3D.
www.Design the Futur Now

* FRUTURE - Salle Daniel Toscan du Plantier - Le jeudi 13 et vendredi 14 février à 20h
Concert avec marionnettes augmentées.
Benoit Bottex : Musicien électronique
Arnaud Ziemichod : Marionnettiste
La rencontre des deux univers de ces artistes a généré trois marionnettes équipées de capteurs, une musique riche en timbre, saturée parfois bruyante voire bruitiste. Les marionnettes connectées aux ordinateurs deviennent des instruments, et le marionnettiste est un musicien.
Cliquer ici pour en savoir plus Chaque mouvement engendre un son, une variation qui développant une phrase musicale. Ce concert est un objet visuel qui se regarde en écoutant. Avatar du créateur, la marionnette est aussi un instrument de musique, tandis que la clarinette qui joue parfois dans le spectacle, incarne son timbre.
Benoît Bottex est artiste plasticien et musicien électronique. Il vit et travaille à Toulon. Sa pratique artistique qui oscille entre le dessin et la musique, le pousse à s'interroger sur les interactions : image/son, image/public, temps/diffusion.
Arnaud Ziemichod est marionnettiste. Il conçoit et mène également de nombreux projets autour du tri des déchets ménagers à partir desquels il fabrique et expérimente.

www.fruture

* Frédéric LEBAS - Hall du Théâtre - le vendredi 14 février à 18h30
Frédéric Lebas est docteur en sociologie à l'Université Paris Descartes. Il est membre de l'Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et du Centre d'Études sur l'Actuel et le Quotidien (CEAQ) où il dirige le Groupe de Recherche en Anthropologie du Corps et ses Enjeux (GRACE). Il mène actuellement des travaux sur le vécu sensoriel dans les dispositifs immersifs contemporains et la science-fiction. Il est spécialisé sur la question de l'avatar et de l'ubiquité.
Cliquer ici pour en savoir plus En 1928, dans son court texte La conquête de l'ubiquité Paul Valéry rêvait "d'une société pour la distribution de Réalité Sensible à domicile". En prenant appui sur la métaphore musicale, il y contait, notamment, un souvenir d'enfance où « chaque chose effleurée exhalait une mélodie", comme si chaque chose était mue d'une vie propre. À sa suite, Borges imaginait dans sa nouvelle intitulée L'Aleph, un "lieu où se trouvent, sans se confondre, tous les lieux de l'univers, vus de tous les angles". Inspiré par la mystique, ce lieu prenait la forme d'"une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part". Partant de ces deux récits littéraires, nous tenterons de présenter une forme de vertige contemporain que nous nommerons le "vertige de la présence". Un vertige entendu comme le fait de rendre proche ce qui nous est éloigné par l'entremise des dispositifs technologiques disséminés par delà la ville et nos propres corps. Un vertige, aussi, qui se manifesterait dans le désir de vouloir interagir avec toutes choses…
www.Frédéric Lebas

* NUIT DU CINÉMA - Salle Daniel Toscan du Plantier - le vendredi 14 février à 22h
Pour une immersion totale dans les hypermondes cinématographiques, le Liberté vous propose une nuit complète de projection : Longs métrages, documentaires et films d'animation... Huit heures de projections agrémentées de café et croissants pour appréhender les différents niveaux de réalité, de manière à toucher du doigt cette mince frontière entre réalité et fiction, notion propre à l'idée de virtualité.
Cliquer ici pour connaitre la programmation Au programme (en cours de finalisation):
Avalon de Mamoru Oshii (1h46mn 2002)
Dans une ville fictive d'Europe centrale, Ash est une accro de jeux vidéo et de réalité virtuelle. Solitaire, le seul compagnon qu'on lui connaisse est son chien. Elle était membre du groupe Wizard, constitué de véritables aficionados d'un jeu de guerre illégal nommé "Avalon", en référence à l'île légendaire où reposent les âmes des héros.
Mais depuis que la bande s'est dissoute, Ash joue seule. Un jour, elle apprend que son ancien amant, Murphy, est devenu un zombie, un "non-revenu". Ce dernier était pourtant un joueur talentueux.
Son sort intrigue Ash. Celle-ci décide alors de refaire le chemin qu'il a pris en jouant dans une zone interdite baptisée "Class A". Pour y parvenir, elle doit suivre l'Ombre, une mystérieuse petite fille aux yeux tristes.

Tron de Steven Lisberger (1h36 – 1982)
Kevin Flynn (Jeff Bridges), un programmateur de génie, est prêt à tout pour prouver que son ancien employeur, Dillinger, cherche à mettre au point un système lui assurant l'accès au programme de défense du Pentagone. Alors qu'il touche presqu'au but après avoir pénétré dans l'ordianteur de ce dernier, il est désintégré et se retrouve propulsé dans une autre dimension, celle deses propres programmes. pris au piège, il va livrer un combat sans merci pour essayer de s'en sortir...

Chatroom de Hidéo Nakata (1h27 – 2010)
William, 17 ans, solitaire, passe son temps sur internet et ouvre un forum de discussion pour les adolescents de sa ville.
Rejoints par Eva, Emily, Mo et Jim, tous vident leurs sacs sur leurs parents, leurs soi-disant amis, leurs émois, leurs traumatismes. William, très à l'écoute, les conseille et les incite à s'affranchir de leurs problèmes par l'action…
Aucun d'eux ne sait que dans la vie réelle William est un adolescent perturbé, et qu'il est déterminé à influencer le groupe sur son Chatroom « à la vie - à la mort »...

The cat, the reverend and the slave de Alain Della Negra, Kaori Kinoshita (1h19 – 2010)
Markus est un furry : l'animal qui sommeille en lui est un chat. Benjamin est un pasteur moderne : il prêche les évangiles dans une église virtuelle. Kris est un maître goréen : il contrôle la vie sexuelle de ses esclaves depuis sa chambre... Un documentaire sur trois communautés emblématiques de Second Life.

256 Jours avec Xavier Veilhan (90' – 2007) de Jordan Feldman.
Coproduction bdv (bureau des vidéos) & Les Films Pénélope. Courtesy bdv (bureau des vidéos), Paris
Un documentaire sur Xavier Veilhan : 256 jours de la vie d'un artiste contemporain dans son environnement, affectif, relationnel et professionnel.
Pendant 256 jours, le réalisateur Jordan Feldman a suivi l'artiste français Xavier Veilhan de façon quasi quotidienne. Tourné avec un dispositif volontairement léger, ce documentaire dans lequel la caméra finit par se faire oublier, décrit la vie d'un artiste contemporain dans son environnement, affectif, relationnel et professionnel. De l'ébauche utopique de projets jusqu'à leur réalisation conditionnée par les réalités économiques et techniques institutionnelles, nous suivons Xavier Veilhan au coeur du monde artistique contemporain, entre son atelier, la galerie et le musée en compagnie de tous les acteurs qui constituent ce milieu. En 90 minutes, son parcours nous entraîne de Lyon à Bordeaux où l'artiste réalise des sculptures pour l'espace public, puis à Paris pour les préparatifs du vernissage de son exposition au Centre Georges Pompidou.

www.NUIT DU CINÉMA

* DESIGN THE FUTUR NOW - ATELIERS NUMÉRIQUES - Hall du Théâtre - le samedi 15 février de 14h à 17h
Proposés par Design the Futur Now, les ateliers numériques de la semaine Arts et Avatars proposent aux enfants de se mettre en scène au futur.
Virtual Me - Comment nous représentons-nous dans un monde virtuel ? Les avatars sont-ils des représentations fidèles ou idéalisées de nous-mêmes ? Cet atelier a pour objectif de réfléchir sur la notion d'identité virtuelle et d'explorer la possibilité de prolonger son identité (enrichie, extraordinaire ou réaliste) dans le monde numérique. L'atelier Virtual Me propose ainsi au jeune public un travail de création numérique sur tablette tactile, à partir de l'application Bistrips, qui permet de créer son avatar puis de le mettre en scène sous forme de comics.
Ateliers gratuits sur Inscription
www.design-futur-now-ateliers

* RENÉE EN BOTANISTE DANS LES PLANS HYPERBOLES - Salle Albert Camus - le samedi 15 février à 20h30
Par le Système Castafiore. Avec Caroline Chaumont, Sylvère Lamotte, Tuomas Lahti, Cédric Lequileuc, Sara Pasquier.
"Dans l'antichambre du royaume des Enfers, les messagers du monde souterrain s'apprêtent à accueillir Renée. Un dernier souffle avant de basculer dans un au-delà mystérieux... Fantômes de l'existence, créatures surgies des confins du temps accompagnent ce voyage sans retour ..."
Cliquer ici pour en savoir plus "Pour Karl Biscuit et Marcia Barcellos, le duo complice du Système Castafiore, envoyer cinq danseurs en exploration sensorielle jusqu'au plus profond de la mémoire d'une femme, Renée, ne relève pas de l'exploit scientifique. Mais tout simplement de la magie de la scène, qui rend visible grâce à la lumière, l'image, les accessoires et autres machineries anciennes ou du dernier cri, les infimes mouvements de l'inconscient. Ainsi surgissent des paysages, des fragments d'histoire, des bribes de souvenirs, tout un monde cotonneux, lacunaire ou troué de réminiscences, selon le niveau de conscience du sujet. Dans cet objet artistique non identifié, où l'humour d'un discours pseudo-scientifique le dispute à la métaphysique et au merveilleux, le seul principe qui compte est celui du plaisir. Joie de danser. De créer un univers théâtral, musical, gestuel semblable à un rêve éveillé. De partager avec le public la jubilation du spectacle et de ses artifices, tout en s'interrogeant sur la complexité de l'âme humaine." Isabelle Calabre

Dispositif Théâtral
L'utilisation de technologies informatiques, dans le domaine de l'image animée et du son ouvre le champ de nouvelles scénographies modulaires : Paysages changeants, illusion, holoformes, transparences, métamorphoses du corps. Les personnages convoqués ici, décrivent plusieurs niveaux de présence au monde : des ombres, trames électroniques, fantômes, spectres fugaces jusqu'à la clarté de danses météoriques et la netteté de figures immanentes. Mémoire moléculaire, reptilienne, implicite procédurale... Narcisse et Echo, Robert Oppenheimer, un singe, 317, le parfum d'une fleur, le fracas d'une tempête d'hiver ... Un cosmos de représentations, symboles, allégories dont les manifestations semblent soumises au hasard.

www.renee-en-botaniste-dans-les-plans-hyperboles

Renseignements : Théâtre Liberté - Grand Hôtel Place de la Liberté Toulon - Tél : 04 98 00 56 76 - www.theatre-liberte.fr

NORBERT HILLAIREDesign the Futur NowFrédéric LEBAS

Design the Futur NowNUIT DU CINÉMARENÉE EN BOTANISTE


english deutsch italiano russian russian

Informations générales